Transe et spiritualité

« Le 21e siècle sera spirituel… » : réflexions sur la transe et la spiritualité

On attribue à André Malraux la phrase « Le 21e siècle sera spirituel ou ne sera pas. » Lui-même précise : « On m’a fait dire que le 21e siècle sera religieux. Je n’ai jamais dit cela, bien entendu, car je n’en sais rien. Ce que je dis est plus incertain. Je n’exclus pas la possibilité d’un événement spirituel à l’échelle planétaire ».[1] Malgré de telles réserves, ses propos semblent en résonnance avec l’actualité. En effet, face aux changements et aux défis de notre époque, il est impérieux de modifier notre positionnement d’humains.

Comment distinguer religion et spiritualité ?

Ce sont deux concepts complémentaires et différents. La spiritualité renvoie étymologiquement à l’Esprit. La religion, dont une étymologie est « religare » (relier), est une offre concrète pour se relier à l’Esprit. Elle fait donc davantage référence aux différents cultes, aux rituels, aux symboles utilisés qui facilitent pour l’Homme sa reliance à « plus grand que soi ». Les religions monothéistes offrent ainsi un cadre spécifique à une communauté, pour se repérer dans des étapes initiatiques, à travers des rituels et un parcours initiatique jalonné d’étapes identifiables par tous.

Aujourd’hui, nombreux sont les humains qui délaissent ces religions ancrées dans leur héritage familial ou culturel, pour rechercher une reliance directe à l’Esprit qui les habite. La spiritualité se présente donc comme un rapport direct à son être profond et relié. Jean-Yves Leloup[2] le décrit ainsi : « Il est possible de ne pas croire aux dieux du temps, de laisser en nous un espace libre, et d’entrer dans l’Ouvert. »

Comprendre la démarche spirituelle du 21e siècle

La recherche d’une nouvelle harmonie

Les personnes dans une démarche spirituelle sont souvent dans une recherche d’accomplissement harmonieux. Cet accomplissement peut s’imaginer d’une part, par une unification de soi-même dans une dimension verticale : une telle unification permet un ancrage et un contact avec la transcendance. D’autre part, l’être humain du 21e siècle cherche, à travers sa pratique spirituelle, à se relier dans une dimension plus horizontale au monde et aux autres. C’est ce que l’on appelle la dimension transpersonnelle, et qui est peut-être l’enjeu que pressentait Malraux.

Qu’est-ce que la dimension transpersonnelle ?

La dimension transpersonnelle met au cœur de ses préoccupations le collectif et les interactions entre soi et ce collectif, dans un objectif d’harmonie et d’équilibre. Et ce, quelles que soient les formes que ce collectif prend. Dans le monde visible, on peut par exemple trouver une attention à l’écologie, à la solidarité, à la communication, ou encore au vivre ensemble, dans un mouvement d’échange et de partage. Ces expériences collectives donnent l’occasion de se confronter à soi-même, de rencontrer ses blessures ou ses ombres, et de les soigner dans un processus d’unification, qui invite à la rencontre avec des dimensions profondes et transcendantes. Le mouvement transpersonnel part de cette expérience que tous les êtres sont reliés entre eux, de manière visible comme invisible.

La transe est-elle spirituelle ?

Malraux écrivait « Le problème capital de la fin du siècle sera le problème religieux, sous une forme aussi différente de celles que nous connaissons que le christianisme le fut des religions antiques ». En réponse, la religion du 21e siècle prend peut-être la forme individuelle de la rencontre avec soi-même, mais aussi la forme collective de la rencontre avec les autres. Elle est marquée par la créativité de chacun, et par l’acceptation de la surprise de ce que le chemin spirituel propose, pas après pas, dans la rencontre avec les mondes invisible et visible.

La transe offre cet espace d’exploration et de créativité, cet espace de surprise et de moment juste. En ce sens, la transe est bien spirituelle.


[1] Interview dans le Point, 10 décembre 1975.

[2] jeanyvesleloup.eu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *